Réussir le concours de ses rêves est la récompense ultime pour l'étudiant qui vient de travailler d'arrache-pied pendant 2 voire 3 ans. Pour atteindre cet objectif, pas de secret : il faut travailler, tout donner, mais le faire intelligemment. Vous trouverez ici un ensemble de conseil pour bien aborder en tout sérénité les périodes intenses des révisions et concours (A/X, ENS, G2E, Polytech et PC Bio) : organisation, anticipation & état d'esprit. 

Planifier tout au long de l'année

La réussite au concours ne se jouera pas sur les 3 semaines de révisions avant le début des écrits, mais se jouera sur le long terme. C'est une affaire de marathon, et pas de sprint. Et pour ne pas se faire piéger, il faut travailler dans la bonne direction dès le départ et commencer ses révisions très tôt au cours de la deuxième année. Il est important de ne faire l’impasse sur aucune matière : il est préférable d’être moyen partout plutôt que bon dans un nombre fini de matière, car aucun étudiant n’est à l’abri d’un faux pas dans sa matière de prédilection. Cependant, toutes les matières ne nécessitent pas le même temps ni la même intensité de travail. 

  • Se connaitre soi-même 

 

Il n’existe pas de règle de matière temps de travail. Chaque étudiant possède une force de travail et un temps de concentration qui lui est propre. Ainsi, il est difficile de vous conseiller des temps de travail absolus ou minimaux, car cela dépend de votre mental du jour, des matières en cours, des khôlles et des DS à venir. Mais rassurez-vous, c’est possible !

 

  • Planifier correctement 

 

La clé est l’organisation et la planification à l’avance. Non pas 1 ou 2 jours à l’avance, mais sur 1, 2 semaines voire 1 mois. Un outil simple est un tableau avec les 8 matières et le jour de la semaine, avec pour les maths, la physique, la chimie et la biologie une subdivision pour les parties cours/TD/TP (oui oui, il faut réviser ses TP). Vous en imprimez 4 exemplaires de manière à avoir une visibilité de votre travail et de votre avancée sur un mois entier, ce qui vous permettra ainsi de revoir des grands thèmes (ex : réviser en un mois des chapitres qui se ressemblent comme la chimie inorganique avec pH/complexes/solubilité). 

  • Nos conseils 

 

n°1 : un planning solide, bien construit, raisonnable, avec pour objectif d’avancer même face à la difficulté. 

 

Le planning ne doit pas être trop chargé. Trop chargé, il vous démotive lorsque vous n’arrivez pas à la faire la moitié des choses. Il doit aussi vous permettre d’avancer plus facilement, dans la mesure où il vous permet d’anticiper les jours de révisions des chapitres “border line”. 

 

n°2 : un planning flexible 

 

Nous ne sommes pas des machines. Il y a des jours avec, et des jours sans. Acceptez un peu de flexibilité dans votre travail. Il y a des jours où vous ne pourrez pas tout faire parce que vous serez tout simplement fatigués. Alors allez dormir les amis ! 

 

  • Mais alors, des temps de travail ? 

 

Il faut hiérarchiser votre temps de travail : il y a des matières qui vous prendrons du temps, d’autres qui en prendront moins. Avec toutes ses matières, dur de s’y retrouver. Mais essayez de travailler au moins 4 matières différentes par jour. Bien évidemment, tout cela est à moduler en fonction de vos facilités. Retenez juste qu’il faut accepter d’accorder plus de temps à ce qui est difficile, et éviter de réviser en boucle ce que vous savez déjà faire même si cela vous rassure. 

Gommer les lacunes

Lors des révisions, on a souvent tendance à répéter le même schéma. On démarre par ces chapitres que l'on maîtrise déjà (en y laissant beaucoup d'énergie) car cela est rassurant et confortable. Puis on laisse toujours en dernier (avec bien moins d'énergie) ces chapitres un peu moins bien maîtrisés, que l'on revoie rapidement sans vraiment approfondir et mettre l'accent sur ses difficultés. Qu'on se l'avoue, on les révise pour limiter la casse, et au final, on traîne continuellement ce poids des lacunes. 

Cependant, pour réussir au concours, il faudra être bon partout, sans exception. Et pour cela, pas de secret. Il faudra accepter de se faire un petit peu mal, commencer par ces chapitres compliqués et y donner le temps qu'il faudra. Voilà pourquoi il faut démarrer tôt dans l'année ses révisions pour pouvoir dégager ce temps précieux synonyme de gain de places aux concours. 

Connaitre les épreuves

Les ENS

Après avoir réussi les épreuves écrites (assez similaires au concours A mais avec un niveau d'exigence et de prise de recul bien plus élevés) viennent les épreuves orales. Certaines épreuves sont spécifiques à une école, d’autres sont communes à toutes les ENS. En fonction des écoles auxquelles vous avez été admis, vous passerez différentes matières avec des formats variant selon les attentes de chaque. Si vous n’avez pas pu assister aux oraux en première année, on vous donne des détails. 

 

  • Biologie 

L’épreuve d’ENS Paris Saclay est sans doute la plus difficile. Vous devez préparer un sujet de synthèse à exposer en 30 min minimum sur un temps de préparation de seulement 15 min. En 15 min, il va falloir construire plan et schémas, introduction et conclusion. S’en suivent 30 min de questions posées par 2 jurys. Pour performer à ce type d’épreuve, pas de secret : il faut avoir travaillé un maximum de sujets pendant l’année et avoir mémorisé des plans type pour gagner du temps, et maîtriser tous les chapitres sur le bout des doigts. 

A l’ENS Lyon, l’épreuve est moins compliquée et se divise en 2 parties. La première partie est un sujet de synthèse à préparer au tableau (plan et schémas) en 30 min avant de l’exposer pendant 15 min. S’en suit une trentaine de minutes de questions. La deuxième partie est une étude de documents pouvant porter sur tous les sujets : fonctionnement cardiaque, observation d’une coupe au microscope, etc. 

 

  • Physique 

Épreuve commune aux 3 écoles, l’épreuve de physique correspond à un exercice à résoudre au tableau. Vous disposez avant de 15 min de préparation. Puis l’examinateur poursuit par des questions diverses (cours, culture générale, voire peut vous demander votre avis sur la pertinence du modèle proposé !). 

 

  • Chimie

A l’ENS Paris Saclay, l’épreuve de chimie comprend une question de cours puis un exercice à résoudre au tableau. A la fin de l’épreuve, l’examinateur peut vous interroger sur votre projet au sein des écoles. 

 

  • TP biologie/chimie 

L’épreuve dure au total deux heures, avec une heure pour chaque matière. En chimie, l’épreuve est assez proche du concours A. Vous avez une partie théorique avec des questions de cours, des protocoles et montages à proposer à un enseignant qui viendra vous les valider en cours d’épreuve, puis une partie pratique où l’examinateur vous observe de loin et vous note. En biologie, le type de sujet est infini. Mais soyez sûrs de tomber sur un montage entre lame et lamelle à réaliser et à schématiser de la manière la plus réaliste possible. 

 

  • Géologie 

La première partie est un sujet de synthèse, à préparer en 30 min de la même manière qu’un sujet de synthèse en biologie à agro/véto avec un plan et des schémas légendés, et à présenter en 15 min. Par la suite, l’examinateur vous pose des questions en lien avec votre sujet mais peut divaguer sur d’autres chapitres du cours (et oui !). 

La seconde partie est une série d’exercices avec un second examinateur. Là encore, les exercices peuvent être divers et variés : analyse d’images de tomodensitométrie, analyse de cartes géologiques… et vous n’échapperez pas à l’identification de roches ! 

 

  • TIPE

Deux personnes constituent un jury qui a lu en profondeur votre dossier : principe, résultat, calculs des intervalles de confiances. Tout. Pendant 30 min, les 2 examinateurs vous questionnent. Ils s’intéressent aux facilités et aux difficultés que vous avez pu rencontrer, recherche les erreurs et tentent de vous les faire corriger. Pour donner de la valeur à votre oral, n’hésitez pas à ramener du matériel que vous avez utilisé ! 

 

  • Anglais 

L’épreuve est quasiment identique à celle du concours A avec des exigences un peu plus hautes : un article, 30 min de préparation, 10 min d’exposé comprenant une partie d’argumentation, puis des questions posées par l’examinateur. La seule différence est qu’avant de présenter votre exposé, vous devez lire un paragraphe de l’article afin que votre qualité de lecture puisse être évaluée.

©2020 by Mister Prépa X