• zinabouzeghoub

Attendus de la synthèse de biologie

A partir des rapports écrits de jurys de concours du SCAV



Qu'est-il attendu dans une synthèse ?


L’épreuve de synthèse demande un certain recul sur les connaissances acquises en première et en deuxième année afin d’être capable de s’appuyer sur ces connaissances pour construire son propre raisonnement. Il s’agit donc d’une épreuve exigeante à la fois en matière de connaissances et de réflexion. Cette épreuve évalue donc des compétences liées à l’esprit de synthèse, au raisonnement scientifique et à la communication écrite et graphique.


La bonne maîtrise de ces compétences permet de discriminer des candidats d’un même niveau de connaissances biologiques.


Comment organiser ma synthèse ?


Pour cette épreuve, il est nécessaire de construire une introduction qui conduit à une problématique pertinente, un développement organisé des connaissances ayant pour but de répondre à cette problématique, et une conclusion complète et synthétique répondant à la problématique. Le développement se doit d'être éclairé par des schémas explicatifs clairs et pertinents.


Que dois-je mettre dans l'introduction ?


L’introduction permet au candidat de présenter une première approche du sujet. Sont attendus dans cette introduction les définitions complètes et précises de l’ensemble des termes du sujet, permettant d’amener une problématique claire et explicite et d’annoncer un plan en réponse à cette problématique.


Le jury rappelle que cette étape est indispensable à la construction de l’introduction et que des points y sont spécifiquement dédiés. Cela permet de délimiter le sujet et d’établir une problématique adaptée afin d’éviter le hors-sujet.


Comment organiser mon développement de façon claire ?


Est attendu durant cette épreuve que les candidats présentent les connaissances de manière logique et organisée selon un plan détaillé. Des titres pertinents et des transitions logiques entre les différentes notions abordées sont essentiels pour expliciter clairement la progression du raisonnement.


Que dois-je mettre dans chaque sous-partie ?


Les sous-parties doivent être construites grâce à des paragraphes argumentés élaborés autour d’une idée clé. Un paragraphe correctement construit comporte :

  • Une description rapide et précise de la notion abordée

  • Une argumentation permettant de rattacher cette notion à la réponse à la problématique, sous forme de texte ou de schéma fonctionnel

  • Des données scientifiques ou une illustration pertinente (observation, expérience, exemple concret)

Le jury insiste particulièrement sur l’importance de construire un paragraphe autour d’une idée clé et non autour d’un exemple. Il est néanmoins indispensable de s’appuyer sur des exemples concrets pour ancrer son raisonnement dans le réel. Le jury rappelle également qu’un seul exemple est suffisant pour illustrer une notion.


Que dois-je mettre dans les dessins ou schémas ?


Les illustrations graphiques ont pour but d’expliciter des aspects complexes de manière claire, rapide et précise afin de gagner du temps dans le traitement d’un sujet extrêmement vaste en un temps limité. On attend d’un schéma qu’il réponde à la question posée. Un schéma directement tiré du cours est donc rarement totalement pertinent. De plus, les schémas doivent être réalisés avec soin, avoir une taille suffisante, une légende précise et fonctionnelle, un titre informatif et une échelle lorsque c’est nécessaire.


Que dois contenir la conclusion ?


La conclusion a pour objectif de rappeler de manière concise, mais logique et pertinente, en quoi le développement argumenté a permis de répondre à la problématique. Il est attendu en conclusion un rappel synthétique des différents points clés, articulés de manière cohérente, et toujours en lien avec le sujet. Le bilan peut également être complété par une ouverture intéressante en lien avec le sujet. Même si de nombreux candidats ont rédigé une conclusion à la fin de leur copie, la plupart n’y ont fait qu’un bilan très vague du développement, sans répondre au questionnement ni prendre un minimum de recul.


Les ouvertures proposées par les candidats, quand elles sont présentes, sont très souvent artificielles ou bien relevaient, pour cette session, d’un point de la problématique non traité par le candidat mais participant pourtant du sujet, n’en faisant donc pas une ouverture.

Les phrases du type “on pourrait maintenant s’intéresser à …” n’apportent pas d’élément de réflexion nouveau et sont donc à proscrire.


Remarques de présentation et de communication écrite et graphique


Le jury apprécie toujours l’application d’un minimum de soin pour mettre en valeur les titres, souligner certains mots-clefs (en restant parcimonieux), le fait de ne pas surcharger de feutres ou couleurs dont l’encre traverse la feuille (ce qui ne facilite pas la lecture après un passage au scanner).


Globalement l’orthographe et la grammaire sont convenables mais les imprécisions de vocabulaire scientifique sont à déplorer.