• Mister Prepa X

Les classes étoilées

Tu as intégré ta prépa, tu commences à rentrer dans le rythme de travail de ta Sup. Tu te dis que les concours se passent à la fin de l’année prochaine et qu’il ne faudrait pas s’en occuper maintenant. Hélas, on te précise que tu es déjà en compétition pour intégrer les classes étoilées ! Que faire alors ?

On va donc essayer de vous éclairer sur ce sujet sensible, qui suscite de nombreuses interrogations chez les étudiants en CPGE, en particulier pour ceux en fin de première année.




Concrètement, c’est quoi ?


Afin de mieux préparer les élèves aux concours, la majorité des prépas séparent les classes de Spé en deux : les classes étoilées (MP*, PC*, PSI*, PT*) et les classes non étoilées (MP, PC, PSI, PT). Cette séparation se fait en fonction du niveau des élèves. Concrètement, votre affectation dépendra surtout de votre classement et de vos notes de Sup.

Il n’y a pas de règle universelle pour la répartition en étoile. Cela dépend de l’établissement en question, de sa taille, des filières présentes… Notons qu’il y a certaines voies sans étoile, comme les prépas commerciales ou les BCPST. Parfois, il y a qu’une seule classe étoilée pour une filière (comme la PSI). Il faut alors changer d’établissement si le niveau requis n’est pas suffisant (ça reste assez rare).


Pourquoi ça existe ?


L’objectif de cette séparation est de créer des classes de niveau plus homogène. Ce qui est plus agréable pour les professeurs, mais pour les élèves aussi. Le cours se fait ainsi dans un rythme qui est ni trop lent, ni trop rapide.

Les étudiants en classe non étoilée pourront ainsi combler quelques lacunes en passant davantage de temps sur le cours ou sur des exercices classiques.

Ceux en classe étoilée passeront moins de temps sur les bases, et plus sur des exercices difficiles ou originaux.

Par conséquent, il faut voir cela comme une chance pour tout le monde afin de mieux préparer les concours. En effet, en MP/PC/PSI, il y a 5 concours majeurs pour l’écrit. Chacun d’entre eux a une nature qui lui est propre. Il est donc important de bien choisir ceux qu’on veut passer (et donc comprendre a fortiori l’esprit de chaque examen). La préparation dans ces différentes classes peut donc être mieux ciblée en fonction des objectifs.


Est-ce que le programme est différent ?


Eclairons ce point un peu mystérieux. Le statut de “classe étoilée” n’a rien d’officiel dans le concours. Autrement dit, les élèves d’une même filière sont jugés de la même façon (aucun jury n’est censé connaître votre parcours ou même votre école d’origine). Cela peut paraître évident mais il est utile de le préciser : le programme et les thèmes abordés sont les mêmes. Des différences sont en général présentes au niveau des TDs et des devoirs (qui s’inspirent normalement des sujets de concours). Une classe étoilée verra également sans doute plus de “hors-programme”, pouvant être utile pour les examens de certaines écoles.


Que faire en Sup pour y être ?


Etant donné que le rythme est soutenu en deuxième année, il faut que le cours de Sup soit bien maîtrisé. Ainsi, sans lacunes, vous avez de meilleures chances d’avoir de bonnes notes et de progresser en Spé étoilée. Donc, c’est bien grâce au cours que vous allez rentrer dans cette dynamique vertueuse.

Pour les exercices, il faut s’habituer aux questions compliquées, qui nécessitent de la réflexion et de la recherche. Mais, attention à ne pas tomber dans le piège suivant : en cherchant trop haut, vous êtes moins efficaces et vous oubliez de travailler les fondamentaux.





Est-ce que c’est grave de ne pas être en étoile ?


Il faut positiver la chose. Alors, oui, un élève en classe non étoilée part a priori de plus bas. Mais, le fait de se retrouver dans une classe plus homogène peut vous aider à vous surpasser. Essayez de comprendre ce qui n’a pas bien marché l’année dernière (lacunes de cours, blocage très rapide dans les exercices…). En travaillant sur vos points faibles, vous serez moins largués en cours et vous progresserez donc plus vite en faisant des exercices adaptés. A la fin, vous aurez sans doute même dépassé les élèves qui ont le plus de mal en étoile.

Enfin, pour vous rassurer, il n’est pas rare de voire certains élèves mieux intégrer en classe non étoilée que d’autres en étoile. Dans les concours, il y a ce côté magique (mais aussi parfois terrible) que vous serez jugé de la même façon, sans distinction liée aux notes de prépa.

Le plus important est donc de réussir le jour J. Alors, faîtes tout pour ! Bon courage.

67 vues

©2020 by Mister Prépa X